Les urgences en galère (encore !)

Posté le 16 août 2017 par cgt56chba dans Non classé

Après le week-end de Pâques, celui de l’Ascension, la Pentecôte, le 14 Juillet, voici celui du 15 Août, qui a battu tous les records, avec 291 passages entre Vannes et Auray ( 44 pour Auray) ! Si nous ne contestons pas quelques moyens supplémentaires alloués au SAU, force est de constater que cela ne suffit pas.
Les pires moments vécus par le personnel ce week-end sont sans doute le samedi 12 Août, certains d’entre eux ayant dû rester jusque minuit ou 1H du matin à l’accueil, ainsi que le lundi 14 Août. Ce lundi, 2 postes de Médecin, ainsi qu’un d’Interne sont restés vacants, l’attente fut très longue pour les patients à l’accueil, et les conditions de travail déplorables pour le personnel, notamment en secteur Traumato qui a été débordé.
Au niveau des moyens supplémentaires, le fait d’installer des rideaux ou des rampes O2 supplémentaires ne réduit pas le temps passé pour les patients, de plus en plus nombreux, et les renforts ne suffisent plus.
De plus, le fait de ne plus rémunérer les heures supplémentaires en heures majorées fait reposer les renforts sur des agents contractuels, moins expérimentés et donc moins autonomes, ce qui est en contradiction avec l’expérience exigée pour exercer en secteur Médecine ou au SMUR pour une IDE.
En UHCD ce 15 Août, les pathologies étaient tellement complexes que la visite du Médecin, très expérimenté, s’est terminée à 18H ! En conséquence, la réfection des chambres après sortie a été effectuée par les AS et IDE, faute d’ASH à cette heure.
Concernant la prise en charge à l’accueil du SAU, les soins d’hygiène ne peuvent pas être réalisés dans des conditions décentes, les repas ne sont pas servis régulièrement, les traitements médicamenteux pas forcément administrés aux heures adéquates, sans parler de la pudeur, la confidentialité, très difficiles à respecter…
De ce fait, cette équipe est épuisée physiquement, moralement, leur vie privée en prend un coup, ils ne travaillent plus en adéquation avec leurs valeurs professionnelles, à tel point que plusieurs doivent quitter le service, d’autres le souhaitent. Ils donnent encore et toujours, et en guise de reconnaissance, s’entendent dire par l’administrateur de garde  » vous resterez travailler plus tard ce soir » ou  » vous viendrez travailler en renfort » tel jour.
Combien de temps peut encore durer cette situation ? Nul ne le sait, mais elle s’aggrave année après année.
Malgré nos multiples alertes, la situation perdure

Répondre

D'autres nouvelles

Savoirses |
P4corneille |
Shareprof |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarl A.M.S
| Musée du Bâtiment
| Stopfoodwaste